Jane Birkin dans JE SUIS MUSIQUE

Jane Birkin dans JE SUIS MUSIQUE
Icône à la voix reconnaissable entre toutes, sensible et inspirée, Jane Birkin nous revient. Ses blessures sont sa force et c’est à Etienne Daho que l’on doit la mise en musique de son nouvel Opus. Retrouvez la genèse de cette rencontre et redécouvrez, la femme, la chanteuse, l’auteure et l’actrice cette semaine dans JE SUIS MUSIQUE au cours d’une interview totalement exceptionnelle.

Ces derniers temps, on savait la muse éternelle de Gainsbourg lasse et fatiguée par les épreuves de l’existence. Alors certes, il y eut ce magnifique spectacle symphonique, et la publication des deux tomes de son journal intime, mais on la sentait lointaine, comme accrochée à un ailleurs, un monde suspendu et imaginaire, en guise de dernière bouée de sauvetage…

Il aura fallu que l’ami Etienne Daho arrive à la convaincre de réaliser enfin ce vieux projet de mettre en musique des extraits de sa pièce « Oh! Pardon tu dormais », pour que la belle endormie se réveille et reprenne les rênes de sa carrière de chanteuse, passant même du statut d’égérie à celui d’artiste créative et inspirée à part entière.

Nous avons rencontré la star Jane Birkin pour évoquer la genèse de ce petit bijou, et célébrer avec elle son retour à la vraie vie et cette renaissance aussi sublime qu’inespérée…

– Comment est née l’idée de ce nouvel album, « Oh ! Pardon tu dormais… » ?

A l’origine, c’est le titre d’un film que j’ai réalisé, avec Jacques Perrin et Christine Boisson pour interprètes.

J’en ai repris ensuite le texte pour une pièce de théâtre, que nous avons jouée très longtemps avec Thierry Fortineau, à la Gaité Montparnasse. Etienne Daho, très touché et très troublé par le texte, est souvent venu nous voir. Un peu plus tard, il m’a confié qu’il trouvait que le sujet pouvait faire un bon disque, sous forme de comédie musicale.

J’ai trouvé l’idée sidérante et drôle, mais à l’époque, j’avais encore beaucoup de projets de pièces de théâtre, de films, et je n’ai pas pu y donner suite. Il m’en a reparlé après la mort de ma fille Kate, mais à ce moment-là, je n’étais plus bonne à rien. Et puis, je suis partie avec la tournée Gainsbourg Symphonique qui m’a occupée pendant plus de deux ans. Ensuite, j’ai essayé de savoir par le biais de mon producteur Olivier Gluzman, si Etienne était toujours intéressé par cette idée. C’était le cas, si bien qu’on a commencé à travailler rapidement.

Je lui ai montré deux chansons que j’avais écrites pour Kate, avant même de nous attaquer au texte de « Oh ! Pardon tu dormais ». De son côté, Etienne a extrait tous les morceaux du texte qu’il trouvait intéressants pour en faire la base des chansons. Il a trouvé des idées de refrains, et nous avons écrits les textes ensemble, à part deux textes en anglais que j’ai écrits toute seule. Lire la suite

Propos recueillis par Eric Chemouny et Gregory Guyot pour JE SUIS MUSIQUE, le magazine digital de la musique élégante et populaire.
Voir tous les articles

Rendez-vous dès la semaine prochaine pour découvrir un nouvel artiste !

Crédits photos sur le site JE SUIS MUSIQUE

Nos thématiques