Jeunes Français à l’étranger : prenez la parole !

Jeunes Français à l’étranger : prenez la parole !

« Les Jeunes de France », association loi 1901 non partisane, rassemble des jeunes âgés de 14 à 21 ans et a pour objectif de représenter les jeunes de France, et d’être leur porte-parole. Elle s’ouvre aujourd’hui aux jeunes Français de l’étranger. Interview de Pierre Neveu , son Vice-président.

 

Jeunes Français à l’étranger : prenez la parole !•   Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Pierre Neveu, étudiant et élu en Terminale générale au Lycée Saint Vincent Providence, à Rennes (35). « Déterminé et passionné » sont les deux mots qui résumeraient le mieux mon engagement associatif et politique actuel. En effet, je suis Vice-président cofondateur des Jeunes de France (JDF) chargé du développement de nos communautés partout dans le monde, et ma motivation principale repose sur ma volonté de renouer un dialogue constructif entre les politiques (parlementaires, ministres) et les jeunes.

•  Qu’est-ce que Jeunes de France ?

Une association transpartisane de loi 1901 ayant pour objectif de regrouper et représenter les jeunes à partir de 14 ans, pour porter leur parole dans les débats de l’Assemblée nationale et du Sénat. Très concrètement, des groupes de travail, en lien avec des thématiques d’actualité ont été mis en place, pour proposer des initiatives, mettre en place des projets concrets. Actuellement, 5 projets sont en cours dans quatre différents comités de pilotage : l’éducation nationale, l’égalité femmes-hommes, les jeunes Français de l’étranger, la transition écologique et la lutte contre le réchauffement climatique, et la lutte contre les discriminations et les inégalités.

•  Quelle écoute avez-vous auprès de la représentation nationale ?

Nous collaborons avec des ministres, à l’instar d’Elisabeth Moreno, Nathalie Elimas mais aussi des députés de tous bords politiques. En effet, il est important d’insister sur l’aspect transpartisan de notre association. En effet, nous avons la chance d’être soutenus par des parlementaires de tous les bords politiques ; ce qui constitue en outre l’aspect à la fois unique et inédit de notre initiative. À l’étranger, nous avons l’opportunité de travailler avec des députés des Français de l’étranger (Amélia Lakrafi, Alexandre Holroyd, Paula Forteza et Frédéric Petit), mais aussi M. Ronan Le Gleut et Mme Jacky Deromedi, Présidente du Groupe d’Etudes « Statut, Rôle et Place des Français établis hors de France », avec qui nous collaborons dans le cadre d’un projet sur l’impact de la crise sanitaire sur les étudiants français à l’étranger.

•  Pourquoi ouvrir un groupe de jeunes Français de l’étranger ?

Tout comme le concept initial de l’association des Jeunes de France (JDF), l’objectif des jeunes Français de l’étranger va être d’assurer la représentation de ces Français expatriés et de défendre leurs intérêts à l’Assemblée nationale et au Sénat. C’est pourquoi nous avons besoin des élus et des organisations des Français de l’étranger. 
Les jeunes Français qui suivent leurs parents à l’étranger doivent eux aussi pouvoir participer à cette phase de construction. Il ne serait pas juste qu’il n’y ait que les Français résidants en métropole, qui soient en mesure d’adhérer aux Jeunes de France et de participer à la réalisation des projets. C’est pourquoi nous trouvons essentiel de distinguer les Français résidants en métropole et les Français expatriés, puisque les enjeux et problématiques demeurent toutefois différentes. D’où l’importance de marquer notre implantation en métropole comme à l’étranger !

•  Comment comptez-vous organiser les groupes de travail à l’étranger ?

Cette initiative s’est pour le moment matérialisée par la création d’un comité de pilotage, regroupant les Français expatriés, qui deviendra un pôle des Jeunes Français de l’étranger, quand nous aurons développé ce projet dans au minimum 2 circonscriptions des Français de l’étranger.

•  Comment l’UFE peut-elle contribuer à votre projet ?

L’UFE et les organisations des Français de l’étranger peuvent nous aider au développement des communautés des Jeunes Français de l’Étranger (JFDE) en nous faisant connaître dans les établissements scolaires, universités, associations de jeunes, politiques etc. Elles peuvent nous aider à la mise en place de projets en se réunissant avec les jeunes adhérents, pour permettre à chacun des jeunes expatriés de pouvoir s’exprimer comme le font déjà les adhérents en métropole.
 

Rejoindre « Jeunes de France »

Jeunes Français à l’étranger : prenez la parole !Tous les jeunes âgés de plus de 14 ans sont invités à rejoindre les Jeunes de France depuis leur site internet en cliquant sur « J’ADHÈRE ».
Un mail sera par la suite envoyé au nouvel adhérent, en vue de spécifier la procédure à suivre pour finaliser l’inscription aux Jeunes de France. Si vous souhaitez rejoindre les Jeunes de France dès à présent, inscrivez-vous sans plus attendre via le formulaire en cliquant sur ce lien
 
Pour plus d’informations, vous pouvez contacter Pierre NEVEU, Vice-président chargé de projet des Jeunes Français de l’Étranger (JFDE) par mail  ou par téléphone (+33631713846).
Vous pouvez aussi prendre contact sur les réseaux sociaux : Instagram – Twitter – Facebook
 

Les projets actuellement à l’étude

– Éducation nationale : Permettre aux jeunes d’avoir accès facilement au numérique et ainsi lutter contre la fracture numérique, en mettant à leur disposition (location) un ordinateur portable, dont les modalités de financement seront à déterminer. L’objectif est de pallier les inégalités nées de la crise sanitaire, il apparaît donc nécessaire d’habituer les jeunes à se familiariser avec l’outil numérique, qui devient incontournable.
– Santé : meilleure insertion des jeunes handicapés en milieu scolaire ou en formation apprenti. De plus, les Français expatriés sont très attachés à notre système de santé, qu’ils regrettent de facto.
– Transition écologique : démocratisation des gourdes d’eau dans les établissements scolaires en métropole comme à l’étranger, avec un double champ d’actions sanitaire (boire de l’eau, pas de canettes de boissons sucrées) et écologique (minimiser, voire proscrire l’utilisation de bouteilles d’eau en plastique, au profit de gourdes d’eau réutilisables).
– Lutte contre les discriminations : mise en place d’un QR code dans les établissements des Français de l’étranger (comme en métropole) pour permettre aux victimes de harcèlement d’être mis anonymement gratuitement en contact avec un psychologue, afin d’échanger sur leur situation.
– Emploi : mise en place du dispositif « 1 jeune, 1 solution » à l’étranger.
– Problématique des jeunes Français expatriés dans des pays en guerre ou avec un climat politique tendu.
 
Nos thématiques
Défiler vers le haut