[Enquête] Les Français de l’étranger dans la crise du Covid-19

[Enquête] Les Français de l'étranger dans la crise du Covid-19

A l’issue d’une 2ème consultation internationale, l’Observatoire de l’expatriation Banque Transatlantique en partenariat avec l’UFE et OpinionWay donne la parole aux Français établis hors de France et éclaire l’évolution de leur situation. Comment ont-ils vécu la crise sanitaire ? La pandémie remet-elle en cause les ressorts de l’expatriation ? Quel regard portent-ils sur l’image de la France à l’heure de la Covid ?

La mobilité internationale plébiscitée par les Français malgré la pandémie

  • Plus de trois-quarts des Français de l’étranger déclarent que la crise sanitaire remet en cause les déplacements des personnes (78%), ainsi que la mondialisation et son modèle (77%).
     
  • 48% des expatriés ont jugé la crise sanitaire difficile à vivre et près d’un quart (23%) confient avoir perdu tout ou partie de leurs revenus.
     
  • Pour autant, 90% des Français expatriés se disent satisfaits de leur expatriation et 84% recommanderaient l’expérience à leur entourage.

Les expatriés français face à la crise

48% des Français vivant à l’étranger ont jugé la crise sanitaire difficile à vivre
A l’exception notable de l’Océanie, où la crise a été jugée relativement plus facile à vivre (63%), les expatriés français ont vécu la crise sanitaire plutôt difficilement (38%) voire très difficilement (10%).
 
Une perte de revenus mais plus de temps pour soi et la famille
Des conséquences financières, mais aussi psychologiques et sociales : 23% ont perdu tout ou partie de leurs revenus, 21% étaient inquiets de perdre leur travail et 7% déclarent avoir perdu leur emploi. Toutefois, la crise sanitaire a eu un impact positif, notamment pour les actifs qui ont apprécié de pouvoir passer plus de temps en famille (62%) et de voir leur rythme de vie ralentir (44%). Elle a également permis aux jeunes expatriés de développer de nouveaux projets (41%).
 
81% des actifs estiment que leur entreprise a bien géré la crise sanitaire
Les actifs soulignent notamment l’agilité dont leur entreprise a fait preuve pour faire face à la crise : 78% jugent qu’elle a su mettre en place des solutions permettant de travailler à distance. Par ailleurs, ils reconnaissent que leur pays d’accueil a fait le nécessaire pour maintenir les emplois pendant la pandémie (63%).
 
Deux tiers (65%) des expatriés jugent que la crise a été bien gérée par leur pays d’accueil
De fortes différences de perception apparaissent selon la zone géographique d’expatriation. Les expatriés dénoncent à 63% la mauvaise gestion de la crise en Amérique Centrale et du Sud. En Amérique du Nord, où le sujet divise les Français, le sentiment de bonne gestion l’emporte d’une courte tête : 56% (contre 44%).
 
En période de crise, les expatriés ont besoin d’un soutien de la France
40% des actifs auraient aimé bénéficier des mêmes aides que les salariés et entrepreneurs résidant en France. 42% des expatriés reconnaissent les efforts des autorités françaises pour la diffusion régulière d’informations officielles.

L’expatriation, un modèle qui évolue face à la crise

Regards croisés résidents en France vs. expatriés : l’expatriation reste perçue comme un « booster » de vie
L’expatriation reste perçue comme une opportunité dans tous les domaines par l’ensemble des Français, notamment par les expatriés : la découverte d’une nouvelle culture (93% des expatriés vs. 85% des résidents en France), l’évolution professionnelle (81% vs. 79%) ou encore la famille (74% vs. 58%).
 
Malgré le contexte, l’expatriation reste plébiscitée
90% des Français de l’étranger se disent satisfaits de leur expatriation et 84% recommanderaient l’expérience à leur entourage. Un plébiscite encore plus marqué chez les moins de 35 ans qui recommanderaient l’expatriation à un de leurs proches à 92%.
 
Toutefois, la crise a des impacts immédiats sur la mobilité internationale
Trois quarts des expatriés déclarent que la crise remet en cause les déplacements des personnes sur le long terme (78%), ainsi que la mondialisation et son modèle (77%). Si 75% des Français de métropole estiment qu’elle remet en cause les projets d’expatriation, ils ne sont qu’une moitié (51%) des expatriés à le penser. 60% d’entre eux comptent rester dans leur pays d’accueil et 1 répondant sur 3 envisage un retour en France à terme (+ 6 points par rapport à la précédente consultation).

Malgré la crise, la France continue de rayonner à l’étranger

La gastronomie et la culture françaises : porte-drapeaux de l’Hexagone à l’étranger
Témoins privilégiés de l’image de la France dans leur pays d’accueil, les Français expatriés estiment que c’est la gastronomie (77%) et la culture (75%) qui, sans conteste, contribuent le plus au rayonnement de la France. Le système de protection sociale français (51%) et le système scolaire français (24%) restent également les étendards d’une certaine exception française. Les sportifs et chercheurs tricolores ne recueillent respectivement que 12% et 10% des suffrages. Même constat pour la politique étrangère française et la situation économique du pays, ex-aequo à 9%.
 
Économiquement, la France tient son rang sur la scène internationale
Un leadership plus visible depuis l’étranger : d’après les répondants expatriés, la France excelle à l’international dans les secteurs du vin (74%), du luxe (72%) et du tourisme (70%). Un podium similaire, mais plus tempéré chez les Français de métropole : vin (61%), luxe (57%) et tourisme (45%).
 
Les marques françaises sont également des vitrines de l’Hexagone à l’international. Un répondant sur 3 (29%) cite le secteur du luxe (LVMH -Louis Vuitton, Christian Dior- suivi par Chanel) et 10% les constructeurs automobiles (Renault ou Peugeot).
 
Retrouvez l’étude complète et les chiffres clés ici
 
 
 
 
 
Nos thématiques
Défiler vers le haut